Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de hbalbumphotos

Le blog de hbalbumphotos

photos de voyages, de sport et recherche artistique, flore et faune


Andalousie 2016 - Grenade

Publié par Hervé B sur 15 Juin 2016, 17:05pm

Catégories : #Voyage

Notre tour de l'Andalousie se termine à Grenade. J'y consacre plusieurs articles.

Grenade est située au pied de la Sierra Nevada, au confluent de trois rivières, le Beiro, le Darro et le Genil et fut la capitale du dernier royaume musulman de la péninsule ibérique.

Haut lieu culturel et touristique, Grenade abrite notamment le célèbre palais de l’Alhambra. Son centre historique est divisé en quatre vieilles villes : celle d'origine musulmane « Albayzín », le « Realejo-San Matías » d'origine juive, le « Sacromonte » qui se trouve après les murailles de l'Albayzin et dont les habitants et origines sont gitans, et pour finir le centre-ville d'origine chrétienne qui s'étend en-dessous de la cathédrale et la chapelle royale (où reposent les restes des Rois catholiques) dont le nom est « Centro Sagrario ».

Époque antique
Grenade est à l'origine Granata, un quartier excentré d'une ville ancienne, Ihverir, fondée par la tribu ibère des Turdules. Les Romains conquièrent la ville, et la nomment Ilibéris (ou encore Florentia). Après la chute de l'Empire romain, la ville passe sous le contrôle des Byzantins puis des Wisigoths. La ville prend le nom d'Elvira et tombe dans un déclin relatif. Le quartier excentré de Granata se développe de manière autonome, avec l'arrivée de nombreux juifs.


Époque médiévale
Lors de la conquête musulmane de 711, un détachement venu de Syrie se voit offrir comme butin Elvira et Granata, et s'y installe. L'origine du nom de Grenade est très discutée. Les Arabes l'auraient nommé Gart Al-Yahud (la grenade des Juifs). Le nom pourrait aussi venir de l'arabe [ḡarnāṭa] (Colline des pèlerins), ou même du latin granatum, granado, le fruit, grenade, chargé de grains.
La période médiévale marque Medina Garnata d'une influence berbère encore largement perceptible de nos jours.
La région ne connaît pas de troubles particuliers jusqu'en 1010 où Elvira est détruite, lors de la guerre civile qui suit la mort d'Almanzor. Les habitants se réfugièrent à Granata, plus précisément dans le futur quartier de l'Albaicín. Zawi ibn Ziri en profite pour fonder une dynastie et faire de Grenade un royaume indépendant en 1013. Ses successeurs, notamment Badis ben Habus, aidé de son vizir juif, Samuel ibn Nagrela, étendent le royaume à Malaga et Algésiras, mais les Almoravides y mettent fin en 1090. Grenade fait dès lors partie de l'empire almoravide puis almohade.
La chute de l'empire almohade permet à la fois à la Castille de s'emparer de la vallée du Guadalquivir et à Grenade de reprendre son indépendance en 1238, Mohammed ben Nazar fonde la dynastie des émirs nasrides à Grenade. Il se fait vassal de Ferdinand III de Castille et l'assiste même dans la conquête de Cordoue et de Séville. Grenade devient la capitale du dernier royaume musulman d'Espagne. La prospérité du royaume permet aux souverains nasrides d'édifier les nombreux bâtiments qui font aujourd'hui la renommée de la ville. La coexistence des communautés juive et musulmane a contribué à la légende dorée d'Al-Andalus.
Profitant des dissensions au sein de la cour nasride, et craignant le pouvoir grandissant des Ottomans, Ferdinand II d'Aragon et Isabelle Ire de Castille, les Rois Catholiques, décident de s'attaquer au royaume de Grenade. Au terme de combats de plusieurs années et assiégé dans Grenade, l'émir Boabdil se rend le 2 janvier 1492.


Époque moderne et contemporaine
Selon les termes de la reddition, juifs et musulmans gardent leur liberté de culte et leur propriétés mais une fois la ville occupée, les Rois Catholiques donnent le choix aux juifs entre la conversion et l'exil. Dix ans plus tard, les musulmans de Grenade, comme l'ensemble de leurs coreligionnaires, sont soumis au même choix. La plupart se convertissent mais, désignés sous le nom de morisques, ils restent suspects d'être toujours fidèles à l'Islam, en partie parce qu'ils continuent à perpétuer leur mode de vie et l'usage de l'arabe.
Après la révolte des Alpujarras, les morisques seront finalement expulsés en 1609-1613. La ville tombe dès lors dans le déclin économique, jusqu'au XXe siècle où elle devient capitale de la province qui porte son nom.
Lors de la guerre d'Espagne, Grenade est contrôlée par des milices anti-républicaines, qui y fusillent notamment le poète Federico García Lorca en août 1936.
Grenade est la première ville d'Espagne à ouvrir une mosquée lors du rétablissement de la liberté de culte en 1978. En 2009, la cité en compte cinq. La dernière en date est construite en 2003 sur l'Albaicín.





Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade
Andalousie 2016 - Grenade

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents